top of page
  • Photo du rédacteurJean-Luc Canton

" Le Chêne " court extrait de " Cette autre vie insolite "

Dernière mise à jour : 8 déc. 2023


Martin aimait bien cette maison campagnarde de ses beaux-parents, qu’il avait pour habitude de rejoindre avec Nathalie, son épouse, et d’Éric et Fabienne, ses deux enfants, dès qu’un week-end ou des jours de congé s’annonçaient.


C’était une bâtisse épaisse, dont les soubassements et le premier niveau étaient conçus de pierre de taille grise. La partie supérieure et la toiture ressemblaient davantage à un chalet, tant le bois était présent. Ce mariage de la pierre et du bois était du plus bel effet. Du matériau vivant qui se faisait entendre, en grinçant par les dilatations et les rétractations que les températures changeantes imposaient à cette structure qui continuait de temps à autre à saigner, c’est-à-dire à libérer par moment de la résine. Cette structure vivante était posée sur une structure minérale morte.


La maison était positionnée sur la base d’une colline qui s’élevait d’abord en pente douce, puis sur des pentus beaucoup plus abrupts. Tous ces mouvements de terrain étaient couverts par des bois de chênes et châtaigniers, qui formaient comme un écrin au milieu duquel la maison était mise en valeur.


Cette dernière était partie prenante d’un tableau global. La construction ne trouvait de valorisation que par toute cette masse dont les coloris variaient au gré des saisons et pouvaient offrir tous les tons du vert, du fauve et du jaune. Les arbres, par leur immobilité ou leur mouvement, trouvaient un équilibre que leur fournissait la fixité de la demeure. Tout était intimement lié, et rien ne pouvait perdurer sans la globalité du tableau ".


Extrait de mon roman "Cette autre vie insolite".


0 vue
bottom of page