top of page
  • Photo du rédacteurJean-Luc Canton

Court extrait de " L'Ecueil de la conscience "

Pour vous, ce magnifique poème de Verlaine que Maupassant aurait pu expliciter dans ces merveilleuse lignes de ma nouvelle " L'écueil de la conscience" tirée de mon recueil de nouvelles portant le même titre.



"— Comme tu as raison, petite-cousine… Je ne puis m’expliquer que d’un comportement joyeux, où me tient mon excitation de vivre, je puisse dans les instants qui suivent, me sentir triste, mélancolique… Certains utiliseraient le mot en vogue de spleen. Plutôt que du corps, j’ai bien souvent une fièvre de l’âme, qui me laisse entrevoir qu’un malheur imminent va fondre sur moi. C’est comme si à mon moi joyeux, ivre de vie, répondait un autre moi-même, triste, noir, invisible, et tapi au fond de mes nuits cauchemardesques. "


Extrait de mon roman " L'écueil de la conscience ".


1 vue
bottom of page